dimanche 30 août 2020

Sista - Kim Chi Pho

 

Titre : Sista

Autrice : Kim Chi Pho

Editions Lemart

217 pages

Parution : 22 février 2020


Résumé :

 

Rwanda, 1994. Ghislaine a deux buts : mettre au monde un enfant qui ne montre aucun signe de vie et quitter l’Afrique. Elle profite alors du génocide pour s’enfuir et se réfugier en Belgique, un pays qui lui est étranger. Son passé est douloureux, son présent est ponctué de galères, et son avenir est aussi sombre qu’une nuit sans lune. Pas un jour ne passe sans qu’elle ne repense à son crime épouvantable, à son secret le plus enfoui. Son entourage trouvera-t-il le courage de lui pardonner ? Et vous, pourriez-vous comprendre son geste ? Une histoire de résilience, d’amour et d’humanité.

 

Mon avis:  

 

Tout d'abord, je remercie les éditions Lemart pour ce partenariat. Lorsque j'ai reçu leur catalogue, j'ai de suite été intriguée par ce titre. En lisant le résumé, j'ai été conquise.

Le début de ma lecture a été assez difficile. Je ne comprenais pas l'histoire, entre les dates et les personnages, j'étais perdue. Cependant, je m'y suis rapidement retrouvée et cette lecture fut une bonne claque.

Ce roman est poignant, rempli d'émotions fortes. Ghislaine est une femme touchante qui a vécu les pires horreurs possibles. Ses actions pourraient être répréhensibles, mais honnêtement, je les ai comprises. Ce qui est moins pardonnable ce sont, peut-être toutes ces années de mensonges. 

J'ai aimé son caractère de battante, sa rage de (sur)vivre et sa détermination. La relation qu'elle entretient avec Chance, sa fille.


En parallèle, nous suivons Charles, l"homme le plus poisseux que vous croiserez. Je l'ai trouvé très attachant. Sa vie n'a pas été simple mais il s'en est bien sorti. Sa relation avec sa belle-famille était très intéressante.

L'histoire se déroule de 1972 à 2013. J'aime les romans qui se déroulent sur plusieurs décennies et l'alternance des histoires était également un plus. J'ai eu du mal à poser ma lecture, au point de rater mon arrêt de métro et d'arriver en retard à mon rendez-vous. 

 

Plusieurs des scènes se déroulant au Rwanda étaient affreuses à lire. Heureusement, l'autrice ne s'étend pas trop en détail sur ces scènes, nous laissant le soin d'imaginer ça nous même. 

Les passages se déroulant en Belgique, avec Ghislaine sont parfois durs, parfois beaux. J'ai adoré voir cette femme tomber amoureuse de la littérature, elle m'a donné envie de lire Proust. Sa relation avec Tania était touchante, voir la peur qu'elle avait de faire tâche en société, la voir s'épanouir, prendre confiance. Puis ensuite, retourner brièvement dans la violence par amitié.

Le food truck de Charles m'a beaucoup plu. Je ne m'attendais pas à lire des lignes parlant de foot dans ce roman et Manchester United étant mon équipe préférée, je ne pouvais qu'apprécier.

La fin du livre est belle, j'ai versé ma petite larme. Cette lecture est un coup de coeur que je ne peux que vous conseiller. La plume de Kim Chi Pho vous séduira tant elle manie les mots avec talent. Elle sait vous faire rire, vous choquer, vous faire pleurer, vous effrayer, le tout en moins de 300 pages.


A très vite ♣


jeudi 20 août 2020

Magari... - Ryan Floch


Titre : Magari...

Auteur : Ryan Floch

Autoédition

238 pages

Parution : 18 novembre 2019


Résumé :


Rodrigue, 37 ans a rompu avec sa conjointe Eva il y a huit mois. Après cette déception extrêmement douloureuse, il décide de vivre son adolescence sacrifiée pour les études et veut collectionner les conquêtes féminines. Profiter de la vie sans contraintes. A l'ère d'internet et des applications de rencontres, ça devrait être facile. Malheureusement pour lui ça ne se passe pas du tout comme il le souhaiterait, les nouveaux codes de la vie moderne lui échappant quelque peu. Le sort s'acharnant sur lui il perd également son travail. Il décide alors de tout plaquer et de partir à l’aventure en Italie. Il ira de surprise en surprise, découvrant un pays, une langue, une culture et surtout une région, bien loin de ce que l'on peut imaginer vue de la France. Et peut-être que l'amour n'est pas loin ... Magari ...

 

Mon avis :

 

Tout d'abord, merci à l'auteur pour l'envoi de ce service presse. Je me suis laissée tenter par le résumé qui semblait prometteur et par le message de l'auteur qui promettait romance et humour. Cependant, je suis totalement passée à côté de ce roman.

Je n'ai pas ri. Je l'ai trouvé terriblement long malgré le fait qu'il soit court. Rodrigue ne part en Italie qu'au bout d'une centaine de pages. Et j'ai trouvé le début lourd et bourré de clichés. Donc, un homme célibataire ne pense qu'à "choper" comme Rodrigue le dit ? La façon dont le personnage principal parle des femmes et les regarde m'a profondément contrariée. Tout le début du roman ne tourne qu'autour de ça : la fille de la salle de sport, la collègue, la copine de la collègue, etc. 

Je ne me suis pas du tout attachée au personnage principal. Il était trop plein de clichés. J'ai cependant bien apprécié le court passage chez son  frère. Ensuite, Rodrigue part en Italie et là aussi, ça m'a agacée. J'avais l'impression de lire le routard de l'Italie. L'auteur nous place qu'il connaît l'Italie et ses habitants. Mais vraiment, cela m'a laissé une impression de guide touristique. Même Paolo et son accent italien lorsqu'il parle français était tiré par les cheveux. La rencontre dans la rue avec Sofia était également too much.

 Avancer dans ce roman n'était pas un plaisir, j'ai eu envie d'abandonner à plus d'une reprise. J'avoue avoir lu la deuxième partie du livre en grande diagonale. Ça m'ennuie car c'est un service presse, mais j'ai décidé de ne plus me forcer quand je n'accroche pas : ça m'énerve et ce n'a rien de constructif.

Le livre est doté d'une playlist, ce que j'apprécie toujours dans un roman. En plus, il y a des compositions personnelle de l'auteur, ce qui est un vrai atout. 

Je sais que mon avis est vraiment négatif, et j'en suis désolée. Cependant, j'ai toujours prôné l'honnêteté et la transparence. Je pense que ce qui est vendu comme de l'humour n'est pas du tout un humour qui me plaît, c'est lourd et cliché. Mais j'ai vu de très bonnes chroniques, donc n'hésitez pas à vous faire votre propre avis.

 

A très vite ♣ 

mardi 28 juillet 2020

Poussière d'étoile - Linda Da Silva

Titre : Poussière d'étoile
Autrice : Linda Da Silva
Editions Lemart
314 pages 
Parution : 22 mai 2020

Résumé :


Trois femmes… Trois époques… Trois destins.

1890 — Je me prénomme Suzanne, vingt printemps tout juste, employée comme femme de chambre dans l’une des plus belles demeures de Ville-d’Avray pour le compte de la famille Delattre. Ma passion est la danse classique et mon rêve, devenir une grande danseuse. Aucune ombre ne devait assombrir mon destin, et pourtant…

1980 — Je suis Lise, la quarantaine, infirmière libérale, j’élève, avec l’aide de ma mère, mon fils Patrick. Je prends mon métier très à cœur. La vie ne m’a pas épargnée, je me suis faite à cette idée…

2020 — Je m’appelle Agnès, la trentaine, j’évolue dans le monde de la mode en tant que styliste. J’ai enfin trouvé l’amour, le VRAI, auprès de Mathieu, mais une apparition a bouleversé mon existence…

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus cher, elles vont vivre une aventure hors du commun.

Mon avis :


Tout d'abord, je voudrais remercier les éditions Lemart pour ce partenariat. Je n'avais rien lu de cette maison d'édition suisse et pour une première, on ne pouvait rêver mieux.
Poussière d'étoile est un vrai coup de coeur. J'aime beaucoup les romans qui se passent sur plusieurs périodes alors ici, nous voilà servis !
Ce roman nous offre trois femmes fortes avec chacune des failles différentes. Elles sont toutes très intéressantes à leur manière.
Celle que j'ai le moins aimé est, je pense, Agnès. Pas parce qu'elle n'était pas intéressante mais parce qu'il y avait trop de personnages autour d'elle. En effet, j'ai appris après ma lecture que Pousière d'étoile est le tome 3 de la saga Le café des délices et même s'ils se lisent très bien séparément, je pense qu'il m'a manqué du contexte. Ce n'est cependant pas bien grave.

J'ai beaucoup aimé les passages qui se déroulent en 1890. Le monde des employés de maison dans une riche demeure m'a fait pensé à Downtown Abbey que j'adore. Suzanne est attachante, et on se prend vite à détester la maîtresse de maison et sa fille.
Il est difficile de vous en parler sans trop en dire, c'est assez délicat. Il y a un meurtre dans la demeure et j'ai deviné très rapidement l'identité du coupable mais quant au motif du crime j'étais vraiment à côté de la plaque. J'adore me faire mener en bateau jusqu'au bout et être surprise.
Un autre point très positif et que l'on assiste aux débuts des empreintes digitales. Un des enquêteurs a trouvé ce système et ses supérieurs se moquent de son idée et j'ai trouvé cela très cocasse. Surtout quand on voit que c'est aujourd'hui indispensable à toute enquête.

Les chapitres alternent les époques de façon équitable donc après Suzanne nous partons avec Lise avant de retrouver Agnès et ceci tout au long du livre.

Lise est une mère divorcée qui travaille énormément au détriment du temps passé avec son fils. Elle vit avec sa mère, veuve, qui aide à s'occuper de Patrick. Infirmière très investie auprès de ses patients, elle nous amène chez son couple de patients préférés tout au long du livre. Les rebondissements qu'elle nous fait vivre sont très prenants. J'ai également apprécié le moment de retrouvailles avec cette famille perdue de vue depuis toujours.

Agnès, elle, est une styliste qui travaille pour un tyran qui se croit tout permis et que j'ai détesté dès son apparition. Elle est en couple avec Mathieu, un personnage attachant et protecteur que j'ai beaucoup aimé. La seule chose qui m'a un peu énervée chez Agnès, ce sont ses doutes constants au sujets de sa relation. Ce n'était selon moi pas nécessaire à l'histoire et cela contraste avec son côté de femme forte. Mais, une fois de plus, je cherche la petite bête.

J'ai adoré la façon dont Linda Da Silva a ficelé son histoire. Même si quelques faits sont prévisibles, comme l'identité de la personne que rencontrent Lise et Agnès, j'ai été très surprise plus d'une fois. Les fils de l'histoire sont remarquablement bien tressées.

Lorsque j'ai fini ce roman, j'étais choquée et j'avais six millions de questions en tête. Et j'en ai parlé avec l'autrice qui est vraiment adorable. C'est un plus lorsqu'on lit un livre de pouvoir parler avec la personne qui l'a écrit. Or Linda est vraiment  très abordable et nous avons bien échangé à la fin de ma lecture.

Je ne peux que vous recommander ce roman vraiment merveilleusement bien écrit et j'attends avec impatience le premier septembre pour acheter les autres romans de l'autrice.

Merci à toi Linda pour ta gentillesse ! Quant à vous chers lecteurs, je vous dis à bientôt ♣